4 septembre 2016 - Grotte du Piley (Clairvaux-les-Lacs) et grotte de la Scie (Soucia)

Par ces fortes chaleurs de fin d’été et avec la sécheresse ambiante, on s’offre 2 réseaux aquatiques pour le prix d’un.

Au départ, la sortie était prévue dans la baume de la Fraîte et, en dernière minute, une invitation des spéléos louhannais nous incite avec plaisir à changer de cap, direction Claivaux-les-Lacs.

Retrouvaille avec la grotte du Piley : combinaisons néoprène indispensable à revêtir sous le porche majestueux et la belle entrée en trou de serrure. Peu de mètres après l’entrée, la galerie devient vite emplie d’eau et l’on ne tarde pas à apprécier d’être protégé. La galerie zigzague et l’on ne peut s’empêcher de penser aux premiers explorateurs qui devaient s’efforcer à de multiples contorsions ou d’acrobatiques oppositions afin d’éviter que l’eau n’entre dans leurs pontonnières. Au lieu de cela, lorsque dans certaines vasques l’eau est profonde, nous nageons sans peine jusqu’au prochain bec rocheux.

Quelques centaines de mètres après l’entrée, nous arrivons aux premières escalades de coulées stalagmitiques qui jalonnent le parcours et nous finissons par entendre réellement des voix au fond de la galerie et non le chant trompeur des sirènes. On rejoint les 4 spéléos de Louhans qui se heurtent à une étroiture peu franchissable et préfèrent renoncer. Demi-tour aussi pour nous et mise en jambe sympathique avant d’enchaîner avec la grotte de la Scie, située dans les mêmes falaises, quelques centaines de mètres plus à l’ouest.

L’accès à la grotte de la Scie est majestueux et sauvage. L’amphithéâtre de l’entrée mérite à lui seul le détour.

La physionomie de la cavité est très différente de la grotte du Piley car le parcours est beaucoup moins confortable et plus labyrinthique car l’actif s’est creusé au profit de plusieurs axes de fissuration. La galerie principale est un parcours agréable agrémenté de quelques laisses d’eau et ponctué par une petite salle à 170 mètres de l’entrée. La suite nous entraîne dans un boyau argileux avec quelques passages aquatiques. On s’enfile dans une diaclase qui nous emmène jusqu’au siphon où l’on retrouve le fil des plongeurs. Le sondage avec les bottes permet de deviner que l’on peut ressortir dans une cloche d’air de l’autre côté mais personne n’a envie de tenter l’aventure !

On reprend le chemin par un boyau qui, après de belles voûtes mouillantes, nous permet de retrouver la galerie principale. La boucle est bouclée car nous voici déjà à 100 mètres de la sortie.

Une courte escalade, à la sortie de la grotte de la Scie, nous permet de regagner le haut des falaises et le chemin.

JP

Johan à l

Johan à l'équipement ! (le sien)