Participants : Pascal, Éric, Mélanie, Jean-Marie, Johan, JP (SCL) ; Jérémy et Louis (SCSC).

TPST : environ 5 heures.

Suspense avant le choix définitif de la sortie du WE, la caborne de Menouille et son superbe P40 bien arrosé ou le Champ Guillobot et ses superbes concrétions et des chauves-souris à comptabiliser.


Finalement, la météo capricieuse et les risques trop importants dans le franchissement du siphon de la caborne de Menouille, font pencher la balance en faveur d’une visite de la lésine du Champ Guillobot. La chance est avec nous car le beau temps est finalement présent avec un semblant de printemps. Nous sommes 8 spéléos motivés et Johan propose 2 ateliers équipements dont les jeunes san-claudiens s’emparent pour parfaire leur formation.
Malgré la douceur, les chauves-souris sont encore bien présentes et bien endormies dans la cavité. Je commence le comptage par la galerie Nord dans laquelle la densité de présence des chiroptères est plus forte que dans la belle et plus longue galerie Sud remontante.
Avec toute cette petite troupe, l’escalade de la galerie du Mât aurait pu être une formalité et j’allais enfin pouvoir ajouter au comptage les chiroptères qui roupillent dans cette galerie perchée. Hélas, c’est raté pour cette année car la sécurisation de cette escalade et le rééquipement est plus long que prévu. Il reste encore une bonne partie de l’ascension à rééquiper avant de pouvoir, je l’espère l’hiver prochain, ajouter cette galerie au comptage ainsi que la salle du Lasso, hélas déséquipée.
Chacun admire les multiples concrétions de la cavité avant d’entamer la remontée. On examine également une petite galerie descendante à la base de la paroi Ouest mais personne ne ressent l’envie d’aller voir si ce boyau descendant continue. Pascal, Éric et Jean-Marie prennent les devants pour la remontée.
Mélanie, qui se propose de déséquiper l’une des cordes, est victime d’une farce bien involontaire de ma part : lors d’un passage d’une déviation, j’ai sans doute malencontreusement remis en place non seulement la corde de progression après franchissement mais aussi la deuxième corde qui était à proximité immédiate. Résultat : mission impossible pour pouvoir enlever la déviation, malgré des efforts et des recherches d’astuce. Heureusement, Jérémy vient au secours de Mélanie pour pouvoir en force retirer les 2 cordes de la déviation.
De retour en surface, difficile de comprendre comment ce mic-mac a pu survenir et cas d’école intéressant pour savoir comment se sortir de ce genre de situation.
Bilan du comptage conforme à celui de l’an dernier avec quelques chauves-souris en moins, peut-être en raison de la date de fin d’hibernation.

JP

 

 

Aperçu derniers articles publiés

24 septembre 2017 - Borne Aux Cassots : Galerie Mignonne (Nevy-sur-Seille)

Participants : Johan, Jean-Marie, Manu, JP, Florent et Simon.

TPST : environ 7 heures.

Sortie d’initiation et découverte, niveau 2, pour Florent et Simon + objectif de poursuite de la désobstruction au bout de la galerie Mignonne.

Lire la suite...

17 septembre 2017 - Grotte de la Doye A (Les Nans)

Participants : Paul, Mélanie, Johan, JP, Florent, Simon et Porky.

TPST : environ 3 heures.

La cavité se prête à merveille à une première approche de la spéléologie : 200 mètres de réseau, une galerie étroite qui permet de tester la capacité à franchir les étroitures et un parcours souterrain qui permet d’expliquer différents phénomènes karstiques dans un joli site sauvage.

Lire la suite...