Participants : Jean-Marie, Isabelle, Mathis, Mélanie, Paul, Antoine, Florent, Pascal, Lionel, JP et en accompagnateurs du CARS : Roger et Antony.

La sortie pour le Coudrier était très attendue, elle se mérite. Cette fois toutes les conditions sont réunies pour que cette sortie soit un succès.

Roger, Antony et « Cassot » nous accueillent au point de RV. Le premier groupe avec J-Marie, Isabelle, Mathis, Paul et Mélanie descend avec Antony pour accompagnateur. Pendant ce temps, on discute de spéléos, de chasseurs, de la Pierre Encise, des Planches et de Bonnivard et des choses de la vie avec « Cassots » et Roger.
Pour le 2° groupe, on sera 4 : Florent, Antoine, Lionel et moi avec pour guide Roger. Pascal reste en surface avec « Cassots ». On descend sans attendre la remontée du premier groupe afin d’aller voir le Coudrier 1. Les petits rhinolophes sont au rendez-vous sur les plafonds de la vaste salle d’entrée. On sort nos belles chaussures et l’on quitte nos baudriers pour la suite de la visite. Les questions fusent et Roger est intarissable sur tout ce qui permet de comprendre le Coudrier. Le Coudrier 1 est vaste, agréable, apaisant par ces belles stalagmites, ces gours festonnés, ces colonnades superposés et sa méduse. La galerie terminale, lit d’un ancien réseau actif pourrait se poursuivre en creusant l’argile mais les découvreurs ont souhaité fort heureusement garder intact cette partie de la cavité.
Dans une draperie, un murin à oreilles échancrées s’est faufilé pour roupiller au calme. Il y en a certainement d’autres dans des draperies éloignées du parcours balisé.
De retour au cône d’éboulis, nous croisons le premier groupe qui s’apprête à commencer la remontée du puits. Nous nous faufilons à 4 pattes puis à plat ventre dans la galerie agrandie au bas du plan de faille pour pouvoir accéder vers le Coudrier 2. Le spectacle est ici intense car dès le départ les concrétions foisonnent dans un espace un peu moins ample que dans le Coudrier 1. Nous suivons une galerie qui s’élargit puis se rétrécit. Nous admirons les colonnes fracturées en des temps anciens par quelques séismes, les stalagmites translucides, les stalagmites massives semblables à celles d’Orgnac, les assemblages étonnants de blocs et de draperies, les gours asséchés foisonnant de micro chou fleurs, les fines draperies blanches, les argiles calcifiées en plaque. Ici aussi tout est apaisant par les tons doux des couleurs blanches, ocre, bistre, par les sons harmonieux des gouttes d’eau qui tentent une composition en sol mineur et par les formes non agressives et adoucies par la calcification lente et ronde. Après les explications et noms des lieux, on arrive au passage du gour où il faut avancer comme un chat pour ne pas se mouiller les pattes. Puis, après une petite descente, nous voici dans la salle où trône la fontaine de Jouvence, superbe vasque aux formes harmonieusement sculptées, lieu d’éternité. On arrive enfin au terme de la visite avec la salle du Dragon, lieu où l’on gagne en hauteur avec un plafond décoré par d’innombrables stalactites aux formes et couleurs variées. Le sol se relève ici pour rejoindre le plafond et marquer le terminus de la visite, sur une trémie calcifiée. 2 petits rhinolophes ont eu le bon goût de choisir cette chambre pour leur sommeil hivernal.
Dans cette grotte on se sent tellement bien que l’on oublie l’heure et l’on remonte le puits d’accès vers 14H. La visite enchantée laisse plein de scintillement dans les yeux.
Un immense merci à Antony et Roger pour leurs explications passionnantes lors de notre visite et merci à « Cassot » pour ces toujours truculentes anecdotes. Cette cavité mérite vraiment la protection qu’apportent leurs découvreurs afin de rester autant que possible dans l’état où elle fût révélée il y a quelques années.

JP

 

 

Aperçu derniers articles publiés

8 juillet 2018 - Borne aux Cassots (Nevy-sur-Seille) - nettoyage et balisage de la galerie du Crocodile

Participants : Johan Badey (SCL), Emmanuel Baud (SCL), Jean-Pascal Grenier (SCL), Bruno Mischler (SCSC).

TPST : 9 heures.

8 pulvérisateurs de tailles différentes, 8 brosses de toute dimension, 4 brosses à dents, 1 perfo, 40 baguettes inox équipées de 40 passe-fils, 1 bobine de fil bleu, 1 rouleau de scotch, plusieurs bouteilles d’eau, 1 pince, 1 maillet, 1 niveau et 4 volontaires motivés pour travailler le dimanche au frais.

Lire la suite...

22 août 2018 - Caborne de Chambly (Chambly)

Participants : Manu et Jean-Pascal.

Après un premier repérage avec Manu le 10 Août, siphon 4 non désamorcé mais déjà très bas, nous revenons avec les combinaisons néoprènes pour franchir le siphon 4.
Quelques orages ont apporté un peu de pluie sur le secteur de Doucier entre le 10 et le 22 Août mais la sécheresse et l’étiage de cet été ont certainement permis d’abaisser le niveau du siphon.

Lire la suite...
www.000webhost.com